SOCIÉTÉ NATIONALE DE L'HISTOIRE ET DU PATRIMOINE DE LA GENDARMERIE | SOCIÉTÉ DES AMIS DU MUSÉE DE LA GENDARMERIE

SNHPG – SAMG

La société nationale de l’histoire et du patrimoine de la gendarmerie - société des amis du musée de la gendarmerie une societe d’histoire ouverte a tous ceux qui veulent connaître, comprendre, soutenir l’une des plus anciennes institutions de la France.

Lettre d'information

Contactez-nous

SNHPG,
4 av. Busteau 94706 MAISONS-ALFORT Cedex
01 48 93 64 16

« La Société nationale de l’histoire et du patrimoine de la gendarmerie aspire à valoriser l’histoire et les patrimoine matériel et immatériel de la gendarmerie ».
« La Société des amis du musée de la gendarmerie œuvre à soutenir le musée de la gendarmerie ».
Association loi 1901, reconnue d’intérêt général.

Panorama des gendarmeries ou forces similaires dans le monde

Le panorama qui vous présenté ici dresse la liste des forces publiques assimilées à la gendarmerie nationale française sur la planète. Il n’est accessible que dans sa version simplifiée. L’accès à la version complète et détaillée est réservée aux adhérents de la SNHPG-SAMG (https://www.force-publique.net/WP/espace-adherent/espace-adherent-annuaire-des-gendarmeries-du-monde/).

Une cinquantaine de pays dans le monde disposent aujourd’hui d’un système de force publique semblable à la gendarmerie française. Appelés Gendarmeries, Carabiniers, Gardes, Constabulaires, Troupes, etc., ils ont en commun des caractéristiques spécifiques qui les différencient des autres systèmes de sécurité intérieure. La principale vient de leur caractère militaire, qui détermine aussi bien leur organisation hiérarchique que le statut des personnels, leurs modes d’action, leurs équipements, voire leur histoire ou leurs traditions.

Loin d’être rare ou marginal, ce système de sécurité intérieure est en plein développement comme en témoignent les reconstitutions de gendarmeries dans certains pays d’Europe de l’Est à la fin du XXe siècle ou encore la création récente de nouvelles gendarmeries comme la Gendarmerie jordanienne en 2008 ou la Gendarmerie mexicaine en 2014. L’apparition de nouvelles menaces, dont le terrorisme mais aussi certains troubles internes, le développement de la criminalité grave et organisée, expliquent certainement le choix de ce système de forces dont les capacités d’intervention en situation de crise sont plus robustes et résilientes que celles des forces de police « civiles ».