Société Nationale de l'Histoire et du Patrimoine de la Gendarmerie - Force publique - SNHPG
Loading
Pour consulter notre catalogue des publications et commander rapidement vos ouvrages cliquez sur la rubrique LIBRAIRIE





SNHPG, 4 av. Busteau 94706 MAISONS-ALFORT Cedex - Tél.-Fax : 01 48 93 64 16 – http://www.force-publique.net

LA SOCIETE NATIONALE DE L’HISTOIRE ET DU PATRIMOINE DE LA GENDARMERIE


UNE SOCIETE D’HISTOIRE OUVERTE A TOUS CEUX QUI VEULENT CONNAÎTRE, COMPRENDRE, SOUTENIR L’UNE DES PLUS ANCIENNES INSTITUTIONS DE LA FRANCE

A - Un constat : la gendarmerie, un patrimoine national méconnu

C’est l’une des principales conclusions que je tire des cinq années que j’ai passées à la tête du Service Historique de la Gendarmerie Nationale. J’ai mesuré, à travers mes propres lectures et travaux mais aussi à travers les multiples travaux universitaires, comment l’histoire de la gendarmerie constituait non seulement un patrimoine pour l’institution mais aussi et surtout une part non négligeable du patrimoine national.

La Gendarmerie est constitutive de la nation française. Tout au long de l’histoire de la France, et surtout à partir du XVIIIème siècle, elle joue un rôle essentiel dans l’élaboration de l’identité nationale et le maintien de la cohésion sociale ; à ces titres, elle fait partie du patrimoine national, non pas en tant que produit de l’histoire mais en tant qu’acteur structurellement constituant de l’identité nationale. En effet par la fonction d’interdit qu’elle exerce dans l’application de la loi, par la représentation uniforme de l’Etat, de la même manière sur tout le territoire et surtout par son système militaire, aux caractéristiques trop souvent méconnues, elle a fortement contribué à la construction de l’identité nationale.

Cette perception, intuitive de longue date chez quelques-uns, s’étend désormais à un plus grand nombre grâce aux travaux universitaires notamment ceux de l’université de Paris IV Sorbonne (plus de 130 maîtrises, D.E.A, mastères II, 16 thèses de doctorat au cours des dix dernières années), grâce aussi aux efforts de l’ancien Service Historique de la Gendarmerie Nationale.


B - Des objectifs


Faire connaître ce patrimoine

Au sein de la Gendarmerie elle-même, parmi ceux qui y servent, combien la connaissent autrement qu’à travers l’approche juridique ?

Dans l’opinion publique, même si la représentation du gendarme est omniprésente dans l’imaginaire collectif des Français, combien d’entre eux sont capables d’expliquer pourquoi ?

Dans le monde, plus de soixante pays ont adopté au cours des derniers siècles le système de la Gendarmerie. Comment s’est fait ce transfert d’institution. A quelles périodes ? Pour quels motifs ?

Comment mettre en valeur et faire connaître ce patrimoine spécifique afin de faire reconnaître la Gendarmerie dans ses fondamentaux historiques qui justifient encore son existence en ce début du 21ème siècle ?

Une histoire de la gendarmerie… pour demain

Si personne ne conteste aujourd’hui, dans le domaine des sciences dites exactes, l’existence de sciences appliquées dérivées de la recherche fondamentale, il n’en est pas encore tout à fait de même dans toutes les sciences humaines. Les applications de la sociologie ou de la psychologie, sont, certes, admises depuis longtemps. Mais celles de l’histoire sont encore contestées, au motif de la charge idéologique qu’elle est supposée véhiculer. Depuis quelques décennies la recherche historique scientifique a fait tomber cette prévention. L’histoire trouve bien évidemment une application privilégiée, dans les sciences politiques notamment. L’histoire peut être un puissant moyen d’aide à la décision.

Cependant combien parmi les décideurs, politiques ou administratifs, militaires ou civils, qui ont la Gendarmerie en charge, combien la considère sous cet angle ? Comment alors lui définir un avenir si l’on ne sait ni d’où elle vient ni quelles furent ses véritables fonctions au cours des siècles passés ? Comment l’utiliser avec le meilleur profit, aujourd’hui et demain, si l’on ne sait pas ce dont elle a été capable par le passé ? Comment l’adapter sans lui faire perdre les caractéristiques fondamentales qui ont toujours fait sa force ?


C - Des statuts et une organisation en conséquence

La Société Nationale de l’Histoire et du Patrimoine de la Gendarmerie a été déclarée à la Préfecture de Police de Paris le 3 juin 2004. Les objectifs qu’elle poursuit sont définis à l’article 2 de ses statuts :

« Cette association culturelle a pour but de promouvoir l’histoire de la gendarmerie et de mettre en valeur son patrimoine, au sein de la gendarmerie, dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche, dans toute autre institution, auprès des élus et autres décideurs politiques, des responsables d’administrations et du grand public, en France et à l’étranger. »

Pour atteindre ses objectifs, l’association s’est d’abord dotée, à son origine, d’un conseil d’administration solide, constitué de tous les présidents des associations de gendarmes, soit 7 membres de droit, et de personnalités éminentes choisies pour leurs fonctions antérieures et/ou l’intérêt qu’elles portent à cette institution. Parmi elles, deux anciens directeurs de la Gendarmerie, messieurs Pierre Steinmetz (devenu depuis conseiller constitutionnel), Bernard Prévôt, plusieurs généraux de Gendarmerie, dont le général d’armée Lorant, ancien inspecteur général des armées/gendarmerie, des hommes politiques, tels Monsieur Hubert Haenel, ancien sénateur (aujourd’hui conseiller constitutionnel), Jean-Pierre Masseret, sénateur, président du conseil régional de Lorraine, le professeur Jean-Noël Luc et d’autres professeurs d’université.


D - Une activité soutenue

La SNHPG s’est d’abord attachée à développer la recherche universitaire. Le partenariat avec l’université de la Sorbonne Paris IV, outre les résultats en matière de diplômes universitaires déjà signalés, a permis d’organiser trois colloques, l’un en 2005 sur le thème de « La gendarmerie, les gendarmes et la guerre », un autre en 2006 sur le thème de « La gendarmerie, les gendarmes et la Seconde Guerre mondiale », le troisième en 2007, au sénat, sur le thème : « La Gendarmerie, Force urbaine ». Les actes de ces colloques ont été publiés dans la revue « Force Publique ». Ainsi, en quelques années, à partir de la recherche universitaire, un vivier d’une centaine de chercheurs en histoire, reconnus par un diplôme universitaire de second ou troisième cycle, spécialisés en histoire de la gendarmerie, s’est constitué en France.

Le second effort a porté sur la diffusion de l’information sur l’histoire de la Gendarmerie. La revue « Force Publique » est une revue annuelle consacrée essentiellement à la publication d’actes de colloques, de travaux universitaires, de témoignages ainsi qu’à la réédition d’ouvrages fondamentaux. La revue semestrielle « Histoire et Patrimoine des Gendarmes » est une revue grand public de qualité. Elle comporte, outre des articles rédigés par des historiens, des témoignages ainsi qu’un dossier à caractère historique très documenté, souvent proche de l’actualité. Elle est dotée d’une riche iconographie (pour lire les derniers numéros des revues, cliquez ici).

Au cours des premières années de son existence, la Société Nationale de l’Histoire et du Patrimoine de la Gendarmerie s’est constituée puis développée puis consolidée. Elle a acquis une vision claire des nouveaux moyens à mettre en œuvre pour atteindre tous ses publics. Sa stratégie de développement pour les années à venir porte sur la diffusion de l’histoire de la gendarmerie, aussi bien par l’édition et la vente d’ouvrages qu’au moyen de tous les supports numériques aujourd’hui disponibles.

C’est dans l’histoire que l’on trouve la justification de l’existence de la Gendarmerie d’aujourd’hui. A partir de cette histoire, elle apparaît comme l’un des plus puissants moyens de construction de la nation et de maintien de la cohésion sociale, buts qu’elle atteint par les trois formes de son action : protéger le citoyen, garder l’Etat, défendre la nation. Cette capacité spécifique, elle la tient de son caractère militaire.

Si vous partager cette conception et voulez soutenir l’association, si vous souhaitez seulement en savoir davantage et connaître l’histoire de la Gendarmerie, adhérez à la Société Nationale de l’Histoire et du Patrimoine de la Gendarmerie. Vous recevrez gratuitement les revues de l’association.



POUR ACCÉDER AU BULLETIN D'ADHÉSION

Général (2s) Georges PHILIPPOT
Président de la SNHPG
Ancien chef du Service Historique
de la Gendarmerie Nationale
Docteur en histoire



BLASON DE LA SOCIETE NATIONALE DE L’HISTOIRE ET DU PATRIMOINE DE LA GENDARMERIE

Société Nationale de l'Histoire et du Patrimoine de la Gendarmerie - Force publique - SNHPG