Société Nationale de l'Histoire et du Patrimoine de la Gendarmerie - Force publique - SNHPG
Loading
Pour consulter notre catalogue des publications et commander rapidement vos ouvrages cliquez sur la rubrique LIBRAIRIE

Carnet des manifestations

Exposition : les gendarmeries du monde

Édito

L'existence en France de deux forces de police d’État, l'une à statut civil, l'autre à statut militaire, est une particularité que nous partageons avec de nombreux autres pays. Cette dualité peut avoir des sources historiques ou politiques différentes, liées à l’histoire des États ou aux particularismes locaux qui rendent pertinente cette organisation.

Cette dualité peut prendre des formes variables : les deux forces de police peuvent appartenir à un ou plusieurs ministères, sous des autorités communes ou bien distinctes, avec des statuts très différents ou, au contraire, quasiment convergents.

Il existe même, comme c’est le cas au Mexique, des gendarmeries qui sont totalement intégrées dans un corps de police. Ainsi, de la France à la Lituanie, du Canada au Chili, du Maroc au Gabon, de la Jordanie au Cambodge, les « gendarmeries » du monde sont présentes sur tous les continents, présentant des noms et des formes originales et variées.

Le modèle reste cependant le même. S’il est aussi répandu, c’est qu’il a fait, au cours des années, au cours des vicissitudes de l’histoire, la preuve de son efficacité, de sa fiabilité, au service des États comme au service des citoyens.

C’est aussi parce que les forces de type gendarmerie disposent de qualités intrinsèques particulières, propres à leur militarité et, très souvent, à la proximité qu’elles développent dans leurs contacts avec la population.

C’est la garantie d’une continuité d’action dans l’espace, sur tout le territoire national et au delà, grâce à des aptitudes à la projection lointaine, grâce à une rusticité et à une capacité d’adaptation qui fait la fierté de ses membres.

C’est la garantie d’une continuité d’action dans le temps, en période de paix, de crise ou de guerre, grâce à une organisation, à une formation et à un équipement adaptés, conséquences logiques du statut militaire.

C’est enfin une garantie fondamentale d'indépendance et de choix pour l'autorité judiciaire.

Ainsi, bien au delà d’un simple héritage historique, la gendarmerie en tant que force armée consacrée à la sécurité publique constitue un atout supplémentaire pour les pays qui en sont dotés, afin de protéger leurs citoyens, d’asseoir leur stabilité démocratique, d’assurer en « tous lieux et en tous temps » leur souveraineté.

Cette exposition internationale se propose de vous emmener faire le tour du monde des gendarmeries.

Beaucoup d’entre elles ont mis à disposition du Musée de la Gendarmerie des matériels, des uniformes, des documents historiques, ce qui démontre si besoin est la solidité du lien fraternel qui existe entre ces forces.

Elle met en évidence un sentiment fort d’appartenance à la communauté des gendarmeries, fondé sur leur caractère militaire, sur une couverture territoriale, sur la proximité avec la population et sur l’adhésion à des valeurs communes, inscrites non seulement dans les textes mais aussi sur les drapeaux. Elle nous montre surtout, que dans un monde sujet à de nouvelles menaces, ces forces militaires sont particulièrement aptes à y répondre. Cette communauté des gendarmeries, dont la force de gendarmerie européenne constitue un bel exemple, gagne à sortir de ses frontières respectives pour profiter des synergies qu’elle porte en elle. Coordonnées par les institutions internationales avec un mandat clair, elles sont à même d’intervenir pour maintenir ou ramener la paix dans des régions en crise.

Elles sont, pour la France, l’Europe et le monde, de formidables opportunités pour travailler mieux à la sécurité de tous, comme le démontre le tout récent partenariat qui consacre la formation d’élèves-gendarmes français au sein d’une école de la Garde Civile espagnole.

C’est le mérite de cette exposition que de nous ouvrir à toutes ces gendarmeries du monde pour y trouver des différences et des proximités propices aux partenariats les plus fructueux.

 

 

 

 

 

Directeur Général de la Gendarmerie Nationale

 

 

Exposition temporaire

LES GENDARMERIES DU MONDE

du 5 octobre 2017 au 15 juillet 2018

UNE EXPOSITION TEMPORAIRE DE DIMENSION INTERNATIONALE

 

À partir du 5 octobre 2017, le musée de la Gendarmerie nationale proposera une exposition internationale ambitieuse qui vise à mieux faire connaître les gendarmeries du monde. Actuellement, 46 pays possèdent une gendarmerie ou une force assimilée. Si 32 pays ont conservé l’appellation « gendarmerie », d’autres ont opté pour des dénominations variées : carabiniers (Chili, Italie, Moldavie, Monaco), garde nationale (Portugal, Russie, Tunisie), maréchaussée (Pays-Bas), etc. Toutes ces forces possèdent en commun des valeurs, une organisation et des missions marquées par la « militarité ». C’est la première fois qu’autant de gendarmeries vont être représentées en un même lieu. Des pièces historiques exceptionnelles seront exposées à cette occasion (tenues du XIXe siècle turque, argentine ou hollandaise, Harley Davidson suisse, drapeau d’une unité de la gendarmeria argentine ayant participé à la guerre des Malouines, etc.). De même, plusieurs unités de prestige seront mises à l’honneur (Garde rouge du Sénégal, Gendarmerie royale du Canada) ainsi que des gendarmeries méconnues (Cambodge, Vatican, etc.).

L’ACTUALITÉ AU CŒUR DE L’EXPOSITION

C’est avant tout les missions actuelles de ces gendarmeries du monde qui seront présentées au travers de nombreux dispositifs audiovisuels et interactifs. Dans de nombreux pays, les gendarmes sont amenés à intervenir sur terre, sur mer ou dans les airs. Certains disposent de bateaux de 73 mètres comme en Espagne ou d’avions comme en Russie. D’autres sont devenus des experts pour traquer le crime grâce à leurs laboratoires d’analyse ou ont investi l’espace numérique pour lutter contre la cybercriminalité.

Lors du week-end de l’inauguration (les 7 & 8 octobre 2017), les visiteurs pourront découvrir plusieurs véhicules spécialement prêtés pour l’occasion dont une Alfa Giulia des carabiniers italiens.

DÉCOUVRIR DES FORCES DE SÉCURITÉ AUX ACTIONS MÉCONNUES

Accueilli par un grand planisphère dans le hall, le visiteur débutera la visite par un rappel historique sur les gendarmeries du monde. Il apprendra ainsi que ce modèle créé en France au Moyen-âge s’est diffusé sur la planète à travers des influences diverses. Cet espace introductif sera équipé de deux bornes numériques présentant les principales caractéristiques des gendarmeries de chaque pays concerné avec des photos et des vidéos.

Le visiteur plongera dans 5 ambiances différentes lui permettant d’appréhender la richesse et la diversité des gendarmeries du monde. Le premier intitulé « Construire la Nation » montrera le rôle crucial joué par ces gendarmeries étrangères pour garantir la cohésion du pays grâce à la proximité avec la population acquise au travers des brigades réparties sur tout leur territoire et leurs véhicules modernes. Comme au Cameroun où vivent près de 250 ethnies. Plusieurs pièces montreront la richesse culturelle de ces pays. Actifs au quotidien, ces soldats de la loi savent devenir des combattants pour protéger le sol national ou intervenir dans les opérations extérieures (OPEX). L’espace « Garder l’État » mettra en lumière la présence de ces gendarmeries au plus haut niveau de l’État pour assurer la sécurité des dirigeants politiques et des palais nationaux. Certaines unités conservent même la tradition des escortes à cheval. Cette mission comprend aussi le maintien de l’ordre et les interventions face aux crises avec des unités de type GIGN. La 3e partie du parcours intitulée « Secourir les populations » permettra notamment aux plus jeunes de connaître les différents moyens dont disposent les gendarmes du monde pour intervenir lors des catastrophes naturelles ou technologiques. L’espace « Protéger le citoyen » présentera trois missions fondamentales des gendarmeries du monde : traquer le crime, assurer la police de la route et protéger l’environnement. Le public pourra ainsi découvrir des missions méconnues comme la défense des éléphants par la gendarmerie du Gabon. Enfin, l’espace « Coopérer à l’international » permettra de voir les différentes formes de partenariat qui existent entre les gendarmeries du monde. Certaines sont d’inspiration européenne (France Italie Espagne Portugal, FGE (Force de Gendarmerie Européenne), africaine (OGA) ou eurasiatique (TAKM).

Tout au long du parcours, le jeune public pourra pratiquer plusieurs activités ludiques grâce à des dispositifs tactiles et interactifs.

 

QU'EST-CE QU'UNE GENDARMERIE ?

Le général (2s) Georges PHILIPPOT, commissaire général de l’exposition, répond à la question « Qu’est-ce qu’une gendarmerie ? »

La réponse à cette question était un préalable indispensable au travail de préparation de l’exposition « Les gendarmeries du monde ». Elle a été construite au fur et à mesure de la progression du recensement de ces forces. Pour classer, différencier, identifier, une série de paramètres sont apparus assez rapidement. Cinq ont été retenus : la dénomination, l’organisation, les missions et leurs modalités d’exécution, le statut des personnels rapporté à l’autorité gouvernementale de rattachement, les moyens.

Encore méconnue aujourd’hui, la gendarmerie reste, pour certains, une forme complémentaire voire dégradée de la police. Pourtant, replacée dans un contexte international, la gendarmerie, présente dans 46 pays, constitue l’un des plus puissants systèmes de sécurité intérieure au monde.

DES APPELLATIONS DIFFÉRENTES, UN MÊME CONCEPT

Même si le terme de gendarmerie est le plus fréquemment employé, d’autres désignent également ce même type de force : carabinier, garde, troupe de l’intérieur, force de sécurité intérieure, police armée, etc. Se fier uniquement à l’appellation n’est pas suffisant et pourrait induire en erreur. Par exemple, le Canada et la Suisse disposent de forces qui portent bien le nom de gendarmerie mais ne répondent pas totalement aux autres critères. Au-delà des grades et des uniformes, l’organisation hiérarchique stricte et la discipline sont des traits communs à toutes ces forces, qui fondent, sur la base de valeurs partagées, un sentiment d’appartenance, un esprit de corps particulièrement fort. La plupart présente une organisation très structurée avec un état-major central rattaché à un ministère de la Défense ou de l’Intérieur et des unités territoriales réparties et hiérarchiquement liées. Plus que la structure gouvernementale de rattachement, ministère de la Défense ou de l’Intérieur généralement, le statut des personnels apparaît comme l’un des critères de sélection les plus déterminants. Les membres de ces forces sont, dans presque tous les cas, des militaires. Les modalités d’exécution des missions sont un indicateur fort du caractère d’une gendarmerie. L’action collective organisée, raisonnée, hiérarchisée, suivant des ordres déclinés d’un échelon à l’autre, constitue la marque d’une gendarmerie. L’examen des moyens dont ces forces sont dotées donne une bonne idée du champ d’intervention d’une gendarmerie. Aux armes de poing et aux fusils de petit calibre, toutes ajoutent une large panoplie de moyens qui peuvent aller des armes lourdes aux véhicules blindés, en passant par les avions, les hélicoptères et les bateaux. D’une manière générale, les gendarmeries sont des institutions, d’esprit et d’organisation militaires qui traitent de l’insécurité intérieure, parfois aussi extérieure, quelle qu’en soit la nature, quelles qu’en soient les circonstances des temps de paix, de crise ou de guerre.

POUR QUELLES MISSIONS ?

D’une manière générale, les missions exécutées par les gendarmeries, associées aux différentes formes de l’organisation sociale, s’appliquent à la protection du citoyen, la garde de l’État, la défense de la nation et le secours aux populations. L’histoire, les situations de circonstances, les comportements collectifs nationaux spécifiques, la nature et l’importance des risques prévisibles, la forme des régimes politiques font varier, d’un pays à l’autre, l’ordre de priorité dans la prise en compte de ces missions. Certaines gendarmeries sont impliquées dans tout le champ, d’autres dans une partie seulement, majoritairement dans la protection du citoyen et la garde de l’État.

En déclinant chacune des grandes missions on découvre l’immensité du champ d’intervention de ce système de force polyvalent : lutte contre le terrorisme, contre la grande criminalité, maintien de l’ordre, protection des personnes, protection de l’environnement, surveillance du territoire, etc.

46 PAYS DU MONDE SONT DOTÉS D’ UNE GENDARMERIE

La présentation de l’exposition associe l’approche thématique à une approche géographique. La répartition, sur la planète des 46 pays dotés d’une gendarmerie ou force équivalente n’est pas le fruit du hasard. Au-delà de l’histoire qui explique l’implantation de chacune d’elles, les comportements des populations, largement déterminés par le climat, explique, plus profondément encore, l’existence ou l’absence de ce type de force dans tel ou tel pays. Globalement et à quelques exceptions près, les gendarmeries sont essentiellement présentes dans les pays du Sud : sud de l’Europe, Moyen-Orient, Afrique, Amérique du Sud, Asie du Sud-Est. Ailleurs, au Nord c’est le modèle police de type anglo-saxon qui prédomine.

LES GENDARMERIES, UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ INDISPENSABLE POUR L’AVENIR

À l’observation, il apparaît que le système des gendarmeries constitue aujourd’hui, à travers le monde, une réponse adaptée, particulièrement efficace, à certains dysfonctionnements des sociétés modernes.

Cette efficacité tient de la puissance que leur confère leur statut original de forces armées au service de la loi. Mais qu’en sera-t-il demain ?

Avec les outils de prédiction dont nous disposons aujourd’hui, quelles sociétés peut-on envisager pour demain ou, plus précisément, à quelles menaces les gendarmeries auront-elles à faire face à l’avenir ?

L’éclatement des constructions nationales existantes, sous l’effet soit du développement des communautarismes, soit de revendications identitaires territoriales, est un risque toujours perceptible.

L’affaiblissement de l’autorité des États, dans les pays démocratiques, consécutif à une réduction de leurs pouvoirs sous l’effet de puissantes organisations multinationales économiques et financières, est aussi à prendre en compte. Les nouvelles formes de dangers que le terrorisme ou les trafics en tout genre font peser sur la sécurité des citoyens, les désastres environnementaux, les catastrophes naturelles ou technologiques de grande ampleur, sont autant de menaces qui s’inscrivent directement dans le prolongement de celles connues aujourd’hui mais avec une intensité, une multiplication et des formes inédites. À ces risques, il faut ajouter tous ceux que l’évolution technologique a commencé à faire émerger. Fondée sur la circulation immédiate et mondiale de l’information et sur l’usage criminel que rend possible le traitement informatique des données, la cybercriminalité croissante est probablement l’un des défis majeurs auxquels les sociétés de demain devront faire face. La circulation planétaire des personnes et des biens implique une mondialisation des réponses de sécurité. Certes, la coopération internationale dans ces domaines existe depuis longtemps, mais il n’est pas certain que l’on ait tiré tous les bénéfices des liens exceptionnels qu’entretiennent entre elles, pour des raisons historiques et déontologiques, les gendarmeries du monde. La volonté de maîtriser ces risques devrait conduire les gendarmeries du monde, sous l’autorité de leurs propres gouvernements ou d’organisations internationales, à évoluer essentiellement dans le sens d’une coopération accrue. Leur statut commun de force militaire leur donne déjà une proximité naturelle et culturelle évidente. Leur capacité commune à maintenir l’ordre ou à le rétablir, la diversité et la complémentarité de leurs moyens en font des outils de prédilection pour intervenir à plusieurs soit à la demande d’un pays particulier, soit, sous le contrôle d’une organisation internationale. La mise en commun de leurs expériences au moyen de stages de formation interactifs devrait faire émerger des modalités d’intervention nouvelles.

Resserrer les liens pour coopérer davantage, telle pourrait être la réponse collective des gendarmeries du monde à la question : quelles gendarmeries pour demain ?

L’EXPOSITION : 5 THÈMES POUR DÉCOUVRIR LES GENDARMERIES DU MONDE

Du 5 octobre 2017 au 15 juillet 2018, le Musée de la gendarmerie nationale présente une exposition internationale ambitieuse qui vise à mieux faire connaître les gendarmeries du monde, des systèmes de sécurité intérieure particuliers implantés aujourd’hui dans 46 pays. Si 32 d’entre eux ont conservé l’appellation « gendarmerie », d’autres ont opté pour des dénominations variées : carabiniers (Chili, Italie, Moldavie, Monaco), garde nationale (Portugal, Russie, Tunisie), maréchaussée (Pays-Bas)… Mais toutes ces forces possèdent en commun des valeurs, une organisation et des missions marquées par la « militarité ».

Grâce aux partenariats étrangers, c’est la première fois qu’autant de gendarmeries sont représentées en un même lieu. Des pièces exceptionnelles sont exposées à cette occasion (uniforme argentin de 1814, chapeau italien de la Grande Guerre, uniforme chinois, motos de Turquie, de Suisse, etc.) De même, plusieurs unités de prestige sont mises à l’honneur (Garde rouge du Sénégal, Gendarmerie royale du Canada) ainsi que des gendarmeries méconnues (Cambodge, Moldavie, Vatican, etc.). Ce sont avant tout les missions actuelles de ces gendarmeries du monde qui seront présentées à travers de nombreux dispositifs audiovisuels et interactifs, des armes, des uniformes, des photographies, etc. Dans la plupart des pays, les gendarmes sont amenés à intervenir sur terre, sur mer ou dans les airs. Certains disposent de bateaux de plus de 70 mètres comme en Espagne ou même d’avions comme en Russie. D’autres sont devenus des experts pour traquer le crime grâce à leurs laboratoires d’analyse et ont investi l’espace numérique pour lutter contre la cybercriminalité. Lors du week-end d’inauguration, du 5 au 8 octobre 2017, les visiteurs pourront rencontrer des gendarmes étrangers et découvrir plusieurs véhicules en usage dans les gendarmeries étrangères spécialement prêtés pour l’occasion.

5 grands thèmes structurent la présentation des gendarmeries du monde :

CONSTRUIRE LA NATION

Construire la nation et maintenir la cohésion nationale est la fonction fondamentale d’une gendarmerie.

L’implantation organisée en petites unités sur tout le territoire répond à cet objectif. Ainsi, par exemple, au Bénin et à Madagascar, la gendarmerie couvre 90 % du territoire où vit 81 % de la population. Ce maillage territorial conduit les gendarmes du monde à être présents dans des milieux très variés allant des grandes villes aux territoires les plus isolés, comme l’île de Pâques pour les carabiniers chiliens ou Ushuaïa pour les gendarmes argentins. De nombreuses photos et vidéos témoignent de cette diversité. Par ailleurs, la maîtrise des espaces par les gendarmeries du monde ne se limite pas au milieu terrestre mais couvre aussi les domaines maritimes et aériens. Une maquette de bateau de haute mer rappelle à ce sujet la capacité d’action de la Guardia Civil au-delà des côtes espagnoles.

Implantés au cœur de la société, grâce au maillage territorial des brigades ou des postes, les gendarmes du monde partagent avec la population une même communauté de vie tout en gardant leur identité militaire. Le modèle de la brigade, propre à la gendarmerie, contribue à renforcer la cohésion sociale en plaçant les familles des gendarmes au contact direct des populations locales. C’est le cas au Cameroun, où vivent d’ailleurs près de 250 ethnies. Le visiteur peut se rendre compte de cette diversité culturelle avec plusieurs objets exposés issus des arts populaires africains. La solidité du lien de chaque gendarmerie avec sa nation s’explique aussi par son engagement pour la défense du territoire. Cette notion parfois abstraite a revêtu un caractère plus concret lors des attaques terroristes contre des casernes de gendarmerie au Burkina Faso, au Cameroun, au Tchad, au Niger et en Tunisie. Par ailleurs, les gendarmeries du monde déploient leur personnel à travers toute la planète pour assurer des missions extérieures dans les pays en crise.

GARDER L’ÉTAT

Implantées jusque dans les villages les plus isolés, les gendarmeries du monde sont aussi généralement présentes au plus haut niveau de l’État. La garde des institutions légales fait partie des missions historiques de ces forces appréciées pour leur loyauté. Elles garantissent souvent la protection du chef de l’État et des principaux lieux de pouvoir. Leurs traditions militaires leur permettent aussi d’assurer avec faste les représentations protocolaires. À Monaco, la relève de la garde, effectuée en grande tenue tous les jours à 11 heures 55, contribue à la renommée de la compagnie des Carabiniers du Prince. Au Chili, la relève de la garde présidentielle devant La Monedase réfère à un cérémonial établi en 1936. En Italie, les Corazzieri sont reconnaissables à leur grande taille, d’au moins 1,90 mètres. Le pouvoir confié par l’État aux gendarmes du monde est également visible, de manière plus symbolique, à travers leurs uniformes et leurs insignes. Les nombreux insignes et tenues envoyés par les partenaires étrangers au musée témoignent aussi de la richesse des représentations militaires. Certains insignes s’inspirent directement de l’histoire culturelle du pays, comme au Burkina Faso où la cavalière Yennenga, princesse légendaire fondatrice du royaume Moogo, a été choisie par la 3e région de gendarmerie. Toutes les gendarmeries ou forces assimilées dans le monde possèdent également des unités spécialisées dans le maintien ou le rétablissement de l’ordre. La création de ces formations mobiles remonte au début du XXe siècle, comme en Italie (1919), en France (1921) et au Chili (1936), ou sont plus récentes comme en Espagne (1988), en Moldavie (1992) ou à Djibouti (2012). Plusieurs équipements de ces gendarmes mobiles sont exposés. Enfin, l’accroissement depuis quelques années des nouvelles menaces terroristes ont obligé les gendarmeries du monde à renforcer leurs unités d’interventions similaires au GIGN. Soumises à un recrutement aux critères très sélectifs, ces unités d’élite sont spécialement entraînées pour faire face à des prises d’otages selon des scénarios et dans des milieux variés (avion, bus, lieux publics…). Plusieurs objets, insignes, photographies et vidéos permettent de mieux connaître ces gendarmes d’exception.

SECOURIR LES POPULATIONS

Même s’il existe des services spécialement dédiés à cette mission, le secours aux populations en danger fait partie des missions élémentaires des gendarmes dans le monde. Lors de catastrophes survenues ces dernières années, des gendarmeries se sont distinguées à plusieurs reprises. En Chine, la Police Armée Populaire (PAP) est intervenue lors des tremblements de terre qui ont frappé le Yunnan et le Sichuan où le séisme de 2008 a fait plus de 80 000 morts. Une tenue de sauveteur chinois avec son chien a été spécialement prêtée par la Chine pour l’exposition.

En août 2016, les carabiniers italiens ont pris part aux opérations de sauvetage après la série de séismes qui a frappé le centre du pays. Ils ont aussi contribué à la mise à l’abri du patrimoine culturel grâce à l’action du Comando Carabinieri Tutela Patrimonio Culturale. Certaines gendarmeries du monde ont créé des unités spécialisées dans la lutte contre les feux de forêts comme en Espagne ou au Portugal. Pour faire face aux catastrophes technologiques, plusieurs gendarmeries du monde possèdent un personnel spécialement entraîné et doté d’équipements spécifiques. Depuis quelques décennies, l’accès grandissant de la population à la « civilisation des loisirs » a favorisé l’essor des activités de tourisme (plaisance maritime, randonnée, trekking, ski, escalade, etc.). Cette évolution de la société a amené les gendarmeries dans le monde à investir ces nouveaux espaces pour répondre aux besoins ainsi engendrés en matière de sécurité, d’assistance et de sauvetage.

PROTÉGER LE CITOYEN

La protection du citoyen est l’une des raisons d’être du gendarme. Souvent inscrite dans les textes fondamentaux des gendarmeries du monde, cette mission est présentée au visiteur suivant trois axes : traquer le crime, assurer la police de la route et protéger l’environnement. Dans de nombreux États, la gendarmerie, ou force assimilée, joue un rôle important en matière de police judiciaire, grâce à la dissémination à travers le territoire de ses moyens matériels et humains. Elle dispose aussi de ses experts hautement qualifiés qui travaillent dans des laboratoires de criminalistique en Europe, au Maghreb, en Afrique et en Amérique latine. En matière de police de la route, la majorité des gendarmeries dans le monde possèdent des unités spécialisées disposant de motos ou de voitures rapides circulant sur les routes et les autoroutes. En Espagne, l’Agrupación de Traficó, forte de 9 000 personnels, a une vocation nationale. Au Chili, la Sección de Investigación de Accidentes en el Tránsito (SIAT) est spécialement chargée d’enquêter sur les causes des accidents de la circulation en procédant à des reconstitutions virtuelles. En matière d’environnement, le premier accord universel pour le climat approuvé à l’unanimité par les 196 délégations, lors de la COP 21 de Paris en 2015, a montré la sensibilisation croissante des États aux questions liées à l’environnement dans le monde. Plusieurs gendarmeries sont déjà engagées dans la voie de la protection de l’environnement, comme en Algérie, au Sénégal. Au Gabon, où 11 000 éléphants ont été tués depuis 2004, la gendarmerie a constitué des unités de parcs nationaux (3 compagnies et 13 « brigades de la jungle ») pour renforcer les agents locaux.

COOPÉRER À L’INTERNATIONAL

Les liens historiques tissés entre certaines gendarmeries du monde ont favorisé une coopération bilatérale ancienne, notamment au niveau des frontières communes. Cependant, l’intensification des flux de populations et l’internationalisation des menaces (terrorisme, trafics de drogue, cybercriminalité) ont rendu nécessaire le renforcement des partenariats entre les pays. De même, le développement des organismes supranationaux (ONU, OTAN, Union Européenne) a stimulé l’essor de la coopération policière multilatérale. En Europe, la FIEP (France, Italie, Espagne, Portugal) et la force de gendarmerie européenne (FGE également appelée EuroGendfor) témoignent du dynamisme de ces partenariats qui débouchent sur des missions opérationnelles conjointes. Les gendarmeries européennes collaborent aussi au sein d’autres structures, telles que l’agence FRONTEX, créée en 2004, pour contrôler les frontières extérieures de l’Union Européenne (UE). De même, la Guardia Civil a initié le projet West Sahel en Mauritanie avant de prendre la tête du projet Groupes d’actions rapides-surveillance et intervention au Sahel (GAR-SI Sahel). La coopération entre les gendarmeries du monde ne se limite pas aux OPEX et aux organismes internationaux. Plusieurs gendarmeries accueillent des officiers étrangers détachés plusieurs années au sein des écoles ou de leur direction. À l’automne 2017, l'école de la Guardia Civil de Valdemoro en Espagne va accueillir une compagnie d’élèves gendarmes français.

Les gendarmeries du monde ont rarement été présentées comme des systèmes militaires de sécurité intérieure. C’est pour combler cette lacune et pour enrichir la réflexion de tous ceux qui se sentent concernés par les questions de sécurité que cette exposition internationale a été organisée. Puisse chaque visiteur en tirer le meilleur profit.

 

LA SCÉNOGRAPHIE DE L’EXPOSITION : UNE INVITATION AU VOYAGE

Crée par le cabinet Scenos-Associés, la scénographie a été pensée pour faire voyager le visiteur à travers le monde mais surtout à travers les missions des gendarmes.

Accueilli par un grand planisphère dans le hall, le visiteur débute le parcours par un rappel historique sur les gendarmeries du monde. Cet espace introductif est équipé de deux bornes numériques présentant les principales caractéristiques des gendarmeries de chaque pays concerné avec des photos et des vidéos. Un visuel planisphère situé sous la grande vitrine centrale du musée regroupe toutes les gendarmeries du monde dans une composition de 6 m de long.

Des bornes multimédia divulguent un contenu de diaporama, de vidéos et une interface interactive présentant les 46 gendarmeries du monde et leurs thématiques transversales : les femmes, la formation, les véhicules, les unités spécialisées, etc. Aux vitrines s’ajoutent des cubes peints et imprimés de visuels adhésifs et un écran 19 pouces pour le visionnage d’un diaporama et d’une vidéo.

Une estrade présente une dizaine de mannequins habillés des différents uniformes étrangers qui pourront être changés au long de exposition pour présenter la diversité des gendarmes à travers le monde.

L’esprit de la scénographie se développe autour de l’idée du voyage avec les caisses de transport et le soclage des objets sur des structures en bois. Chaque espace possède une couleur spécifique pour bien marquer les 5 thématiques de l’exposition.

UN DISPOSITIF LUDIQUE POUR PETITS ET GRANDS

Au cœur de l’exposition plusieurs dispositifs ludiques rythmeront la visite pour les petits comme les grands. Chercher les erreurs, reconstituer des silhouettes, reconnaître des situations sur un tapis de jeu géant et bien d’autres jeux permettront aux visiteurs  de découvrir l’exposition en s’amusant Un livret jeux sera également mis à disposition gratuitement à l’accueil.
© Scénos-associés

 

L’EXPOSITION EN 10 OBJETS
© CA EOGN

BURKINA FASO – Fanion du groupement mobile de Ouagadougou (prêt de la gendarmerie du Burkina Faso)

 

CAMBODGE – Insigne métallique général de la gendarmerie royale du Cambodge (don de la gendarmerie royale du Cambodge)

CHINE – Casque de secouriste de la Police Armée

FRANCE – Drone de la Gendarmerie des transports Populaire (don de la PAP) aériens (don de la GTA)

ARGENTINE – Tenue complète de cavalier carabinier argentin (prêt des Carabiniers argentins)

SENEGAL – Vareuse de cavalier de la Garde rouge (prêt de l’École des officiers de la gendarmerie nationale de OUAKAM)

ITALIE – Chapeau de cérémonie de carabinier italien (collection SPM Musée de la gendarmerie)

MONACO – Décoration Ordre de Saint Charles (prêt des Carabiniers du Prince)

JORDANIE – Poignard d’apparat (don du Directeur général de la gendarmerie nationale française)

CANADA – Stetson et tapis de s elle d’un cavalier de la gendarmerie royale canadienne (prêt de la GRC)

 

LES ACTIVITÉS AUTOUR DE L’EXPOSITION

UN WEEK-END ENTIER POUR L’OUVERTURE DE L’EXPOSITION

Le week-end du 7 & 8 octobre 2017 sera entièrement consacré au lancement officiel de l’exposition.

Ces deux jours, pendant lesquels l’entrée du musée sera entièrement gratuite, seront ponctués de différentes animations, démonstrations et présentations de matériels étrangers. l’occasion pour le public de venir à la rencontre des gendarmes étrangers.

LES RENDEZ-VOUS JEUNE PUBLIC

Ces rendez-vous s’adressent à un public familial. Les enfants de 8 à 12 ans peuvent être accompagnés de leur parents pendant les activités.

Tarif unique : 6 €

12 places par atelier

Réservation (du lundi au vendredi uniquement) obligatoire au 01 64 14 54 64 ou musee@gendarmerie.interieur.gouv.fr

Atelier-visite "Insignes et signes"

Guidés au sein de l’exposition temporaire, les enfants participeront à une séance d’observation et de décodage avant de pouvoir réaliser eux-mêmes leur insigne. Les enfants laisseront parler leur créativité sur la base des symboles et références en symbolique, grâce à cet atelier manuel qui fait appel au dessin, à des tampons et des élément à assembler.

25 octobre 2017, 5 janvier, 21 et 28 février, 18 et 25 avril 2018

 

Atelier "Les petits experts"

Les enfants se glissent dans la peau d’un TIC (Technicien d’Identification Criminelle) pour observer la scène de crime et travailler autour des empreintes digitales.

23 et 30 octobre 2017, 3 janvier, 19 et 26 février, 16 et 23 avril 2018

Toutes les activités jeunes public sont disponibles dans le cadre de projets pédagogiques menés par les enseignants. Contact : service des publics – Céline DURAO – 01.64.14.38.48

CYCLE DE CONFÉRENCES

Un cycle de conférences et de projections sera mis en place pendant toute la durée de l’exposition. Les dates seront communiquées prochainement sur le site Internet du musée.

PHOTOS DISPONIBLES

© Les photos ci-après ont été fournies par les institutions étrangères elles-mêmes à des fins de communication.

TURQUIE– Femmes de la Jandarma

BURKINA FASO – Gendarmerie du Burkina Faso au contact de la population sur un marché.

FRANCE– Entraînement de différentes délégations étrangères au Centre national d’entraînement des forces de gendarmerie à Saint-Astier

PAYS BAS – Intervention maritime de la maréchaussée néerlandaise

FRANCE– Gendarmes de l’Institut de recherche criminelle pilotant un drone à des fins de recherche.

PAYS BAS– Maréchaussée néerlandaise en opération extérieure sous mandat de la force de gendarmerie européenne (FGE) en Afghanistan.

ITALIE – Le Comando Carabinieri Tutela Patrimonio Culturale dans sa mission de protection des biens culturels.

 

TUNISIE – Jet-ski de la garde nationale

POLOGNE – Maître chien de la gendarmerie militaire

ESPAGNE – Intervention en mer par un bateau de la Guardia civil

SENEGAL – Cavalier Garde rouge du Sénégal en grande tenue

CHINE – Police Armée Populaire en mission de secours aux personnes, suite à un séisme.

ITALIE – Groupe d’intervention des carabiniers italiens, le GIS, en mission à bord d’un hélicoptère.

 

LE MUSÉE

Ouvert depuis le 10 octobre 2015 et inauguré par le ministre de l'Intérieur le 17 décembre de la même année, le Musée de la gendarmerie nationale dévoile une collection inédite au grand public. Situé à Melun, dans un ancien bâtiment militaire entièrement réhabilité, ce nouvel équipement culturel national est le seul endroit public dédié à l'histoire et au patrimoine de la gendarmerie dans leur ensemble.

UNE COLLECTION INÉDITE

Créé en 1946, le Musée de la gendarmerie recèle une collection qui s'est étoffée au fil du temps. Aujourd'hui riche de plus de 30 000 objets et documents, la collection se distingue non seulement par l'étendue des périodes qu'elle évoque mais aussi par la diversité des œuvres qu'elle contient.

Ainsi armes blanches et armes à feu côtoient uniformes, coiffures, figurines, beaux-arts, insignes, emblèmes, cuivreries, faïences et art populaire. 2 000 pièces de collection sont exposées et mises en valeur grâce à une muséographie moderne qui plonge le visiteur dans des ambiances liées aux grandes périodes de l'histoire.

La plus grande vitrine suspendue d'Europe, véritable colonne vertébrale du parcours, permet enfin de retracer l'évolution de la tenue et de l'équipement du gendarme des origines à nos jours grâce à la présentation, à l'intérieur, de 13 mannequins de chevaux, de 44 mannequins d'hommes et de femmes, d'une moto et d'un vélo.

© Michel Denancé

 

QUE FAIRE AUTOUR DU MUSÉE ?

 

À MELUN

Entre Seine et forêt de Fontainebleau avec un port fluvial, de nombreux parcs et jardins sans oublier 8 km de berges naturelles, Melun est une ville à la campagne. Située à seulement 48 km au sud de paris, accessible par train direct en 25 minutes depuis la gare de Lyon. Elle offre un havre de paix aux voyageurs à la recherche de nouvelles découvertes.

Se balader sur les bords de Seine à vélo ou à pied, découvrir la fraîcheur des produits régionaux sur les étals des marchés, flâner dans les rues piétonnes de la ville en admirant les monuments riches d'histoire, autant d'activités qui s'offrent au promeneur.

Patrimoine et culture :

La collégiale Notre-Dame, témoin de l'art roman du XIe siècle en Île-de-France, l’Église Saint-Aspais, joyau du gothique flamboyant reconstruite d'après les plans de Jehan de Felin, architecte reconnu de la Tour saint-Jacques à Paris, le prieuré Saint-Sauveur construit au Xe siècle, autant de monuments qui rythmeront votre visite.

Un parcours historique "Melun, ville d'histoire" propose un parcours piéton de 29 étapes, des visites thématiques sont proposées régulièrement d'avril à octobre pour les groupes et un jeu de piste "Étienne Rat-Conte Melun" permet aux plus jeunes de découvrir la ville en s'amusant.

N'hésitez pas non plus à faire un tour au Musée d'Art et d'Histoire de Melun. Crée en 1860. Il propose des peintures et des sculptures liées à l'histoire de la ville depuis l'Antiquité, des collections artistiques notamment les œuvres d'Henri Chapu (1833-1891), des chefs d’œuvre comme le bronze du XVIe siècle de Barthélémy Prieur, des natures mortes du XVIIe siècle de Van Hulsdonck et des paysages du XIXe siècle avec les peintures de la forêt de Fontainebleau d'Armand Cassagne.

Gastronomie :

Au cœur de la Brie et de ses terres à blé, Melun est aussi un territoire de fromages avec le Brie de Melun (appellation d'origine contrôlée), l'un des fleurons de la gastronomie française. L’ambassade régionale des produits du terroir d'Île-de-France propose ponctuellement des dégustations gratuites de produits du terroir : Brie de Melun, jus de pommes du Gâtinais, chocolat au Coquelicot de Nemours, sablés Briards, Brie de Meaux, sucre d'orge de Moret-sur-Loing, etc.

De nombreux restaurateurs melunais et des alentours proposent du Brie de Melun tout au long de l'année sur leurs tables, n'hésitant pas à réinterpréter des recettes à base de Brie. Brie de Melun qui est notamment à la fête tous les 1er week-end d'octobre et durant deux mois dans les restaurants (fin septembre-fin novembre) grâce à l'opération "J'aime le Brie".

AUX ALENTOURS

Château de Vaux-le-Vicomte

Situé à 6 km de Melun, le château qui inspira les bâtisseurs de Versailles propose des animations et des visites insolites. Une splendeur du XVIIe siècle.

"Melun Vaux-le-vélo"

Un dépliant carte propose 2 parcours cyclistes reliant Melun au château de Vaux-le-Vicomte. Que vous soyez sportifs ou avides de découvertes, empruntez le chemin qui vous convient et laissez-vous guider jusqu'au célèbre château de Nicolas Fouquet !

À retirer à l'Office du tourisme de Melun Val de Seine ou à télécharger sur son site internet.

Château de Fontainebleau

Traversez 800 ans d'histoire grâce au plus beau château meublé de France inscrit au patrimoine de l'humanité par l'UNESCO. En 2015, le château célèbre le 400e anniversaire de son créateur.

Château de Blandy-les-Tours

Un des derniers témoins de l'architecture militaire du XIVe siècle. Restauré récemment il entame une nouvelle vie.

Provins

Un véritable voyage au Moyen-âge dans une cité inscrite au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO.

Barbizon

Un charmant village de renommée internationale qui accueillit les précurseurs du mouvement impressionniste, Millet, Corot, Rousseau ...

Moret-sur-Loing

Le charme éternel de la cité médiévale qui inspira le peintre Alfred Sisley.

Forêt de Fontainebleau

Une des plus belles forêts de France, classée par l'UNESCO, qui offre de nombreuses activités de loisirs.

Plus d'informations :

Office du Tourisme de Melun Val de Seine
26 place Saint-Jean - 77 000 Melun
01.64.52.64.52
www.melun-tourisme.fr

 

Seine-et-Marne Tourisme
Quartier Henri IV – Place d’Armes 77300 Fontainebleau
01 60 39 60 39
www.visit.pariswhatelse.com

 

INFOS PRATIQUES

Contact presse

Agence Verbatim Florence Limousin Rosenfeld
florencerosenfeld@agenceverbatim.com
01 44 61 70 26 – 06 07 01 65 65

Musée de la Gendarmerie nationale
1-3 rue Émile Leclerc 77000 Melun
01 64 14 54 64

Horaires d’ouverture
Ouvert tous les jours sauf le mardi
Du 1er avril au 30 septembre : de 10h à 18h
Du 1er octobre au 30 mars : de 10h à 17h30

Tarifs

Plein : 7€

Réduit (sur présentation d’un justificatif) : 5€ Habitants de la Communauté d’Agglomération Melun Val de Seine, seniors + 65 ans, familles nombreuses, groupes à partir de 10 personnes (en visite libre), etc.

Gratuité (sur présentation d’un justificatif) : moins de 18 ans, étudiants jusqu’à 26 ans, demandeurs d’emploi, titulaires des minimas sociaux, personnels des ministères de l’Intérieur et de la Défense, etc.

Exposition temporaire : 2€

Accès

En voiture :

• Autoroute A6 ou N104 puis A5 direction Melun.
• Accès possible par les autoroutes A1/A4/A10, via la Francilienne (N104).

 

En transports :

• RER D direction Melun.
• Transilien R direction Montargis (arrêt Melun).
• Melibus lignes D (arrêt École de gendarmerie) ou F (arrêt Gendarmerie Briand).

Pour aller plus loin :

www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/musee

Société Nationale de l'Histoire et du Patrimoine de la Gendarmerie - Force publique - SNHPG