Société Nationale de l'Histoire et du Patrimoine de la Gendarmerie - Force publique - SNHPG
Loading
Pour consulter notre catalogue des publications et commander rapidement vos ouvrages cliquez sur la rubrique LIBRAIRIE

Carnet des manifestations

Baptême de la 121e promotion à Melun (EOGN)

Ce mardi 30 juin 2015, la 121e promotion recevait son nom de baptême au cours d'une cérémonie présidée par monsieur Bernard CAZENEUVE, ministre de l'Intérieur, et en présence du général d'armée Denis FAVIER, directeur général de la Gendarmerie nationale.

Le baptême de promotion marque d'une manière forte l'attachement de la 121e promotion aux valeurs incarnées par un officier mort en service. Cette promotion a été baptisée « lieutenant Jean JAMET », qui s'est illustré en s’engageant activement dans la résistance au cours du second conflit mondial. Cet officier incarne pour les élèves-officiers les valeurs de courage, de résistance et d'engagement nécessaires au statut d'officier.

Ils ont été honorés par la présence de la fille de leur parrain, accompagnée de ses propres enfants, touchés par cet hommage solennel.

Au cours de cette prise d'armes, le général de division Jean-Marc LOUBES, commandant de l'EOGN a remis le Drapeau de l'École à sa nouvelle garde, issue de la 121e promotion et composée des élèves-officiers qui ont terminé aux premières places du classement de fin de première année de formation.

Lors de son allocution, monsieur Bernard CAZENEUVE, ministre de l'Intérieur, a d'abord félicité les élèves-officiers de la 121e du choix de leur parrain : «  Elèves-officiers de la 121e promotion, puissent le courage, le dévouement et le patriotisme du lieutenant JAMET, son attachement indéfectible aux valeurs de la République, vous inspirer et vous guider durant toute votre future carrière d’officier. Sa mémoire nous oblige ».

La cérémonie a été clôturée par une prestation du quadrille des baïonnettes de la Garde républicaine et le défilé des promotions.

Le cocktail servi à l'issue en extérieur a permis au ministre de l'Intérieur de rencontrer les descendants du parrain, les décorés et les familles des officiers en formation.

 

Biographie du lieutenant Jean JAMET (1908-1944)

Né le 24 juin1908 à LANVENEGEN, dans le Morbihan, le lieutenant JAMET commence sa carrière militaire le 10 novembre 1928. Il est incorporé au 97e régiment d'infanterie.

Le 1er novembre 1929, il retourne à la vie civile avec le grade de sergent.

Attiré par la gendarmerie, il s’engage et est nommé élève­ garde à cheval à la Garde républicaine de Paris le 17 septembre 1930.

Son aptitude  au commandement ayant été remarquée, il est promu maréchal­ des­ logis­-chef le 10 juillet 1934 puis admis le 1er octobre 1936 à l’école des officiers de gendarmerie.

Sous-­lieutenant le 1er octobre 1937, il est affecté le 1er janvier 1938 au commandement de la section de gendarmerie de QUIMPERLE.

Le 4 septembre 1939, à l'heure de la mobilisation générale, il est muté à la prévôté de la 51e division d'infanterie sur les frontières belges et luxembourgeoises.

Il est promu lieutenant le 1er octobre 1939. Le 23 juin 1940 à TOUL, il est fait prisonnier, mais au regard de sa qualité de militaire de la gendarmerie il est libéré le 18 août et reprend ses fonctions à QUIMPERLE.

Souhaitant ardemment continuer la lutte, le lieutenant JAMET entre en 1943 en résistance au sein du réseau «ACTION», dirigé par le chef d'escadron GUILLAUDOT, commandant la compagnie du  Morbihan qui dès 1941 mène une lutte acharnée contre l'occupant.

C'est lors d'une de ses actions de résistance, le 27 juin 1944, alors qu'il transporte dans sa voiture de service un poste émetteur­-récepteur et des armes, qu'il est contrôlé par une patrouille allemande et aussitôt arrêté.

Incarcéré à la maison d'arrêt de PONTIVY, il est fusillé le 29 juillet 1944 avec 8 autres camarades. Son action durant l'occupation fut unanimement saluée par la population de QUIMPERLE.

Le lieutenant JAMET a donné son nom à la caserne de gendarmerie de Quimperlé, ainsi qu'à une vedette de gendarmerie maritime de Brest. Une stèle honorant son souvenir se trouve à PLUMELIAU (56), lieu de son exécution.

A titre posthume, il est élevé au rang de Chevalier de la Légion d'honneur, et décoré de la Croix de guerre 1939-1945 avec palme et de la médaille de la Résistance française, par décret du 23 février 1959.

ÉTAT­-CIVIL

Né à Lanvénégen, Morbihan, le 24 juin 1908 - Fils de Louis et Hélène Helléguarch.
M
arié le 6 septembre 1931 à Melle Marie JARDELLA - ­4 enfants.

CORPS DE TROUPE

Appelé incorporé au 97e régiment d'infanterie le10­-11­-1928.
Ca
poral le 1­0-5­-1929.
S
ergent le 1­1-01­-1929.

Envoyé en disponibilité avec certificat de bonne conduite le 15­-04­-1930.

GENDARMERIE

Nommé élève ­garde à cheval à la légion de la Garde républicaine de Paris le 01­-09-1930.
Ti
tularisé garde à cheval le 01­-09­-1931.
S
ous­-officier de carrière le 12­-04­-1933.
M
aréchal ­des ­logis­-chef le 10­-07­-1934.
A
dmis à l'école de gendarmerie de Versailles le 01­-09­-1936.
S
ous­-lieutenant le 01­-09­-1937.
Co
mmandant la section de gendarmerie de Quimperlé le 01­-04­-1938.
Lieutenant le 01­-10­-1939.
Ca
pitaine FFI le 01­-06­-1944.

RÉSISTANCE

Réseau "Action" dès 1943.
A
rrêté le 27­-06­-1944.

CAMPAGNES

Rhénanie du 20­-11­-1928 au 25­-03­-1930.
Co
ntre l'Allemagne du 04­-09­-1939 au 18­-08­-1940.

DÉCORATIONS ET CITATIONS

Chevalier de la gion d'honneur
Croix de guerre 1939­-1945 avec palme
M
édaille de la Résistance française à titre posthume par décret du 23­-02­-1959.

SOURCES

SHD Vincennes
D
ossier Personnel officier et Bureau Résistance.

Société Nationale de l'Histoire et du Patrimoine de la Gendarmerie - Force publique - SNHPG