Société Nationale de l'Histoire et du Patrimoine de la Gendarmerie - Force publique - SNHPG
Loading
Pour consulter notre catalogue des publications et commander rapidement vos ouvrages cliquez sur la rubrique LIBRAIRIE

Carnet des manifestations

Baptême de la caserne Aimé Roux, à Nancy, le 29 mai 2015

Le 29 mai 2015 a eu lieu à Nancy le baptême de la caserne du groupement de gendarmerie départementale de Meurthe et Moselle.

Cette cérémonie présidée par le général de corps d'armée Vechambre, commandant la Gendarmerie de la Zone de Défense Nord-Est, se déroulait en présence des autorités civiles et miltaires du département.

La caserne porte désormais le nom du gendarme Aimé Roux, un gendarme au parcours élogieux, mort pour la France en Indochine.

Au cours de cette cérémonie émouvante à laquelle assistait l'épouse du gendarme Roux et sa fille, la biographie du gendarme Roux était lue par sa petite fille, Anne Laurent, gendarme adjoint de réserve.

 

Biographie du gendarme Aimé ROUX

Aimé Roux est né à Poligny en Champsaur, dans les Hautes Alpes, le 6 octobre 1920. Il s'engage au 12e régiment de cuirassiers à Orange en 1941. Mais, à la fin de l’année 1942, les casernes sont fermées et les soldats renvoyés chez eux… Il retourne donc dans ses montagnes natales et rejoint le maquis des Alpes. Durant toute cette période, la maison de son enfance sert de cache pour de nombreux résistants. En août 1944, Aimé Roux rallie les commandos du lieutenant-colonel Drouot-l'Hermine et participe à la libération de Gap et de Briançon.

Mais, pour lui ce n'est que le début, il faut continuer la lutte pour libérer la France. En septembre 1944, il est réengagé au 4e Régiment des Tirailleurs Marocains, avec qui il intègre la 1re Armée du général de Lattre de Tassigny. Parti pour le front d'Alsace, il participe à la libération de Colmar. Aimé Roux est nommé caporal le 31 janvier 1945. Puis, le 8 février 1945, il est affecté au 159e Régiment d'Infanterie Alpine et envoyé sur le front des Alpes. Il participe ensuite à l'occupation de l’Italie et de l’Autriche. Le 27 décembre 1945, il est démobilisé.

Le 7 août 1946, il est admis à l'école de gendarmerie de Romans. Le 24 décembre 1946, il est affecté à la 6e Légion de Garde républicaine de Strasbourg.

Le 19 avril 1949, il épouse Claudine Moulin à Benney en Meurthe-et-Moselle. L'année suivante, le 8 mai 1950, naît leur fille Claudette Roux.

Désigné pour l'Extrême-Orient, il rejoint la 3e Légion de Marche de la Garde républicaine en juillet 1951. Il embarque donc pour l'Indochine et rejoint Hanoï, où il reste jusqu’à son affectation en poste. Il commande, anime et entraîne au combat la garnison de partisans vietnamiens. Commandement difficile, isolé, manquant de tout et en particulier d’effectifs.

Le 8 novembre 1952, au poste de Phong Naï qu’il commande, Aimé Roux et ses hommes sont attaqués et submergés par l'ennemi, bien plus nombreux. En raison de sa fonction de chef de poste, il est fait prisonnier. Il connaît alors à Kim-Ton la vie des camps du vietminh, faite de privations, d’absence de soins, de travaux forcés et des incessantes pressions psychologiques des commissaires politiques.

Aimé Roux, qui a toujours refusé d’adhérer au « manifeste communiste », affaibli par ses crises de paludisme, meurt d'épuisement et de désespoir en août 1953. Ses camarades les plus valides le portent en terre dans une natte de jonc, au milieu de la brousse. Il repose à jamais loin du sol français avec ses camarades d’infortune. Son corps ne sera jamais retrouvé. Mort pour la France, Il laisse derrière lui une jeune veuve et une petite fille de trois ans.

Le gendarme Aimé ROUX est titulaire de la Médaille militaire, de la Croix de guerre, de la Croix du combattant, de la Médaille coloniale avec agrafe « opérations extérieures », de la Médaille commémorative 39-45 avec agrafe « libération » et de la Médaille commémorative « Indochine ».

Société Nationale de l'Histoire et du Patrimoine de la Gendarmerie - Force publique - SNHPG